Fleurs du Firdaws

Au Nom d'Allah le Très Miséricordieux, le Tout Miséricordieux As-Salamou 'Alaykoum wa rahmatoullahi wa barakatouhou Louange a Allah, le créateur de toutes choses, maitre de l'univers qui s'est installé Lui même sur le trône Louange a Allah
 
AccueilPortailCalendrierFAQS'enregistrerConnexion
Sujets similaires
halal en danger, hallal viande
Rechercher
 
 

Résultats par :
 
Rechercher Recherche avancée
Derniers sujets
Partenaires
Rue Du fric, jeu d'immobilier multijoueur
Top sites bismillah
Référencement des sites islamiques
meilleurs sites islamiques
<data:blog.pageTitle/>

Partagez | 
 

 à envoyer a vos proches qui ont des préjugés sur la femme en islam

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
shourouk
Je me sent bien ici al hamdulilah
Je me sent bien ici al hamdulilah
avatar

Date d'inscription : 11/03/2010

MessageSujet: à envoyer a vos proches qui ont des préjugés sur la femme en islam   Jeu 6 Mai - 20:37

bismillahi

Salam aleyk

Mes soeurs, voici un document rédigé à partir du dars du frère de dourous.net.
Je vous le communique pour que vous puissiez l'envoyé insha Allah à vos famille, qui ont des préjugés quand à la place de la femme en islam.

Citation :
La place de la femme dans l’islam

Dieu a créé les deux genres, masculins et féminins en leur donnant une nature différente, mais complémentaire. Cette division est plus généralement visible dans toute la nature (le monde animal), cette division s’explique par la nécessité de remplir deux rôles distincts. Si le rôle était unique, alors l’espèce aurait été une, il n’y aurait pas eu de division. Chaque rôle à sa particularité unique, mais sont réunis au sein de la même espèce

Exemple : La nuit et le jour, sont deux genres, d’une même espèce qui est le temps. Cette division implique que la nuit a un rôle (celui de procurer le repos) et que le jour à un rôle (qui est d’être le cadre de la peine et de l’effort).

De même, l’homme et la femme sont deux genres de l’espèce humaine, ils sont égaux, mais différents.
« elles (les femmes) ont des droits équivalents à leurs obligations, conformément à la bienséance.» (Coran, sourate 2, verset 228).

La femme représente la moitié de la société et elle a mis au monde l’autre moitié de la société, de ce fait la femme représente toute la société.


I. La femme dans les autres civilisations et religions anciennes et plus récentes.

Quelques faits historiques marquants sur la situation des femmes dans les autres civilisations et religions.

Les informations ci-dessous sont citées d’ouvrage célèbre, tel que ceux d’Hérotode , de Gustave Lebon, de Montesquieu…

a. La femme babylonienne

1500 ans avant JC., la civilisation Babylonienne, se trouvait proche de l’Irak.
La femme Babylonienne était considérée comme une marchandise, et vendue aux plus offrants.
Selon l’historien du 19eme siècle Auguste Bebel, la prostitution était permise voir demandé par leur religion. Toute jeune fille dans la capitale avait l’obligation se rendre une fois dans sa vie dans un temple pour s’offrirai au premier homme qui se présentera à elle.

b. La femme égyptienne

La femme égyptienne était perçue comme un objet sexuel, la prostitution était encouragée jusque dans les plus hauts degrés de l’État. Dans la famille Royale, la fille était contrainte d’épouser son père ou son frère. Cléopâtre 7 a elle épousé, deux de ses frères.

Des femmes étaient offertes en sacrifice au Nil pour que celui-ci augmente en niveau et irrigue les plantations.

c. La femme indienne

Selon la loi brahmane la femme indienne demeure esclave toute sa vie et ne peux avoir de volonté propre. La tradition indienne est imprégnée des valeurs et textes indous dans lesquels la position de la femme a été codifiée par des lois qui sont les lois de Manu (qui est le géniteur de l’humanité dans l’indouisme). Il y est écrit textuellement : « Dans l’enfance la femme doit être soumise à son père, dans la jeunesse a son mari, et lorsque son maître meurt à ses fils. Une femme ne doit jamais être indépendante, une femme n’est pas faite pour être libre ».

L’homme pouvait même mettre sa femme en jeux lors d’un pari ou d’un jeu. Elle devait mourir sur le bucher le jour ou son mari mourrait. Cette pratique a perduré jusqu’au 17eme siècle, actuellement, elle doit se raser la tête si son mari décède.

A la naissance d’une fille les membres de sa famille travaillent pour rembourser la dote de son mariage. C’est donc la femme qui payait sa dote, et non l’inverse lors du mariage.

Les femmes étaient tenues hors du foyer en période de menstrues ou d’accouchement.
Leur Livre religieux dit : « Lorsque Manu créa les femmes il leur imposa l’amour du lit (fainéantise) du maquillage, des désirs bas, de l’emportement et du mauvais comportement »

d. La femme Grecque

Elle était un objet se vendant et s’achetant sur les marchés, et ne disposer que de droits très restreints. Elle était privée d’éducation et négligé au point que l’on disait qu’elle était une ordure produite par le diable. Il n’y avait aucune loi pour la protéger et était soumise toute sa vie à l’autorité de l’homme.
Gustave Lebon à écrit dans son livre sur les premières civilisations « Les Grecques en général considérées la femme comme une créature décadente qui ne servait qu’à la procréation et à s’occuper du ménage. »

e. La femme Romaine

Elle était considérée par la société comme mineure et sans capacité. Elle n’avait aucune autorité sur ce qui la concernait. Elle était commandée par l’homme à sa guise, toutes les prérogatives et autorités étaient aux mains de l’homme seul. Il avait tous les droits sur les membres de sa famille. Il avait le droit de la condamner à mort pour certains délits. Elle était privée, d’héritage, seul le fils ainé avait le droit d’hériter. Elle ne posséder rien, dote comprise.

f. La femme chinoise

Dans la société traditionnelle et millénaire souffrait d’une inégalité absolue par rapport à l’homme. Il existe une tradition machiste voir misogyne, dont témoigne les nombreux proverbes chinois « une femme belle et rusée est une chouette qui porte malheur » ou « quand une femme te parle, souris-lui, mais ne lui répond pas »…

Dans la Chine traditionnelle on considéré pendant des millénaires que la femme était dénuée d’esprit et dotée d’un mauvais fond. Elle devait obéissance à son père, son mari et a son fils. Son mariage était conclu sans son consentement.

Elle n’avait pas le droit de se remarier à la mort de son mari. Elle n’avait pas de revenu propre (excepter, sa dote).

g. La femme arabe (période préislamique)

Elle pouvait être donnée en héritage. Elle avait si peu d’importance que lorsque les parents avaient des filles il était de coutume de les enterrer vivantes. C’était une honte d’avoir une fille.
Elle ne pouvait pas se remarier en cas de divorce, aucune loi n’interdisait l’injustice de l’homme à l’égard de la femme.

…etc bien d’autres exemples pourraient être cités par le passé

h. La femme moderne occidentale

Les sociétés modernes occidentales sont connues pour le concept de « femme-objet », qui est celui d’exhiber une femme à des fins publicitaires, pour vendre…etc

Gustave Lebon dira : « l’islamisme, a relevé la condition de la femme et nous pouvons affirmer que c’est la première religion qui l’ai relevée. Toutes les législations antiques ont montré la même dureté pour les femmes. La situation de la femme mariée, tel qu’elle est réglée par le Coran et ses commentateurs, est bien plus avantageuse que celle de la femme Européenne ».

II. La place de la femme en islam

Toutes les paroles citées ici sont authentiques et reconnues.

a. L’islam a élevé la femme.

Pour montrer l’importance de la femme, Dieu a fait descendre une sourate (chapitre) du Saint Coran qui porte qui porte le nom d’une femme « Mariam ». De même la sourate 4, porte le nom « les femmes », alors qu’il n’existe pas de sourate intitulée « les Hommes ». La sourate « les hommes » du Coran vient du mot arabe « an-nas » qui signifie le mot « homme » au sens général, et non au sens masculin uniquement.

L’islam donne à des femmes des mérites exceptionnels

La première personne a avoir embrassé l’islam fut une femme, Khadija. La Personne que le Prophète Mohammad, aimé le plus au monde était une femme, Aïcha.

Hadith (les hadith sont des paroles rapportées du Prophète) :
On demanda au Prophète « Quelle est la personne que tu aimes le plus ? » Il répondit « Aïcha »
(hadith authentique rapporté par Tirmidhi)

Lorsque les compagnons du Prophète Mohammad, avaient un doute en matière de religion à sa mort, ils demandaient à Aïcha.

Musa Al-Ashari dit un jour :
« Si nous, compagnons du messager de Dieu, avions des difficultés concernant un sujet donné, nous demandions l'aide d'Aisha. »

Abu Musa al-Ashari dit dans une autre tradition :
« Jamais Aisha ne nous a mal informés sur la solution à un problème sur lequel nous avions des doutes ». (Sirat-I-Aisha, sous l'autorité de Trimidhi, P. 163)

Urwah bin Az-Zubair dit à son sujet :
« Je n'ais jamais trouvé quelqu'un d'aussi versée (qu'Aisha) dans la connaissance du Coran, du licite, de l'illicite, de la généalogie (Ilmul-Ansab) et de la poésie arabe. C'est pourquoi même les compagnons les plus sages consultaient Aisha pour résoudre des sujets complexes. (Jala-ul-Afham par Ibn Qaiyem et Ibn Sa'ad, Vol.2, P.26)

Dans le Coran Dieu, donne une grande place à Assia, femme de Pharaon.
Dieu immortalisa sa parole et en fit un exemple, pour ceux qui croient, quand elle dit: « Seigneur, bâtis-moi près de Toi une demeure au Paradis, et sauve-moi de Pharaon et de ses oeuvres. Sauve-moi d’un peuple d’iniquité. » »
(Sourate 66 verset 11)

b. La femme est reconnue quelque soit la place qu’elle occupe

• En tant que mère :

Dans le Coran

« et ton Seigneur a décrété : "n'adorez que Lui; et (marquez) de la bonté envers les père et mère : si l'un d'eux ou tous deux doivent atteindre la vieillesse auprès de toi; alors ne leur dis point : "Fi !" et ne les brusque pas, mais adresse-leur des paroles respectueuses. Et par miséricorde; abaisse pour eux l'aile de l'humilité; et dis : "Ô mon Seigneur, fais-leur; à tous deux; miséricorde comme ils m'ont élevé tout petit". » (sourate 17 versets 23 et 24)

Dans les hadiths

« Un homme vint au Prophète Muhammad et demanda : « Qui, parmi les gens, a en priorité le droit que je sois un bon compagnon pour lui ?
– Ta mère, lui répondit le Prophète
Puis qui ensuite ?, reprit l’homme.
–Ta mère.
Puis qui ensuite ?
– Ta mère.
Puis qui ensuite ?
– Ton père. »
(hadith authentique rapportée par Al-Bukhârî et Muslim)

Le paradis se trouve aux pieds des mères :

Mou’awia Ben Jahima As-Salami raconte que Jahima vint trouver le Prophète et lui dit :
« Ô envoyé de Dieu ! Je viens te demander conseil, car je compte prendre part aux expéditions du Jihad »
Il lui demanda : « Ta mère est elle vivante ? »
- « Oui »
Et le Prophète de lui ordonner : « Prends soin de ta mère car le Paradis se trouve à ses pieds ».
(Hadith rapporté par Ahmed.)

• En tant que tante

La tante maternelle a les mêmes droits que la mère.
Le Prophète nous a dit « la tante maternelle est comme la mère » (hadith rapporté par Boukhari)

• En tant qu’épouse

Dans le Coran

« Et comportez-vous de manière bienveillante avec elles. Si vous avez de l'aversion envers elles durant la vie commune, il se peut que vous ayez de l'aversion pour une chose où Dieu a déposé un grand bien. » (sourate 4 – verset 19)

Dans les hadiths :

Le Prophète à dit « Le croyant qui a le meilleur caractère et qui est le plus doux envers son épouse compte parmi ceux dont la foi est la plus complète » (hadith rapporté par Tirmidhi)

Mais aussi :

Le Prophète à dit « le meilleur d’entre vous est le meilleurs avec ses épouses, et je suis très bons avec les miennes ». (hadith rapporté par Tirmidhi)

Dans le dernier sermon du Prophète avant sa mort il a dit :

« Craignez Dieu dans votre comportement à l’égard des femmes »

Le Prophète est connu pour avoir consulté des femmes pour leur demander leurs avis de manière générale.

Il à dit aussi « qu’un croyant ne déteste pas une croyante, s’il voit en elle des défauts, qu’il se rappelle de ses qualités » (hadith rapporté par Boukhari et Muslim)

Le Prophète n’a jamais frappé une femme. (hadith rapporté par Ali)

• En tant que fille

Avoir une fille est considéré comme un cadeau de la part de Dieu.

Dans le Coran la fille est citée en premier :

« A Dieu appartient la royauté des cieux et de la terre. Il crée ce qu'Il veut. Il fait don de filles à qui Il veut, et don de garçons à qui Il veut » (sourate 42 – verset 49)

Dans les hadiths :

Le Prophète a dit : « Celui qui a entretenu deux filles, jusqu’à la puberté, nous sommes moi et lui, comme ces deux doigts (l’index et le majeur joint) » (hadith rapporté par Muslim)

Mais aussi :

Il dit : « Celui qui fut éprouvé par quelque chose concernant ses filles, et qui fut bienfaisant pour elles, celle-ci seront pour lui un voile le protégeant du feu de l’enfer » (hadith rapporté par Boukhari)

• La sœur

Le Prophète a dit : « Celui qui détiendra sous sa responsabilité 3 filles, ou 3 sœurs, ou bien 2 filles ou 2 sœurs, et se comporteras bien avec elle en craignant Dieu, entrera au Paradis » (hadith rapporté par Al Tabarani)

c. Les droits de la femme en islam

• Droit à l’égalité

Dans les hadith

Le Prophète a dit : « Les femmes sont les consœurs des hommes » (hadith rapporté par Al Tabarani)

Il dit « Soyez équitable entre vos garçon et vos filles, quand vous leur faite des dons si je devait privilégié quelqu’un j’aurai privilégié les femmes ». (rapporté par Al-Bahyaqi)

Dans le Coran :

« Quand à elles, elles ont des droits équivalents à leurs obligations, conformément à la bienséance » (sourate 2 verset 228)

Lorsque le Coran d’adresse à l’homme il s’adresse aussi a la femme.

« Quiconque, mâle ou femelle, fait une bonne oeuvre tout en étant croyant, Nous lui ferons vivre une bonne vie. Et Nous les récompenserons, certes, en fonction des meilleures de leurs actions. » (sourate 16, verset 97)

Mais aussi

« Les Musulmans et Musulmanes, croyants et croyantes, obéissants et obéissantes, loyaux et loyales, endurants et endurantes, craignants et craignantes, donneurs et donneuses d'aumònes, jeûnants et jeûnantes, gardiens de leur chasteté et gardiennes, invocateurs souvent de Dieu et invocatrices : Dieu a préparé pour eux un pardon et une énorme récompense. » (sourate 33, verset 35)

Mais aussi

« En vérité, Je ne laisse pas perdre le bien que quiconque parmi vous a fait, homme ou femme » (sourate 3 verste 195)

Le péché originel relève de la responsabilité d’Adam comme de Eve. Eve n’est donc pas considérée come portant le péché de l’humanité.

« Et il leur jura: «Vraiment, je suis pour vous deux un bon conseiller". Alors il les fit tomber par tromperie. Puis, lorsqu’ils eurent goûté de l’arbre, leurs nudités leur devinrent visibles; et ils commencèrent tous deux à y attacher des feuilles du Paradis.

Et leur Seigneur les appela: "Ne vous avais-Je pas interdit cet arbre? Et ne vous avais-Je pas dit que le Diable était pour vous un ennemi déclaré?".

Tous deux dirent: "Ô notre Seigneur, nous avons fait du tort à nous-mêmes. Et si Tu ne nous pardonnes pas et ne nous fais pas miséricorde, nous serons très certainement du nombre des perdants". (Coran 7. 19-23).

• Droit à l’éducation

Le Prophète a dis : « Quiconque prend en charge 3 filles, les éduquent, les donnent en mariage et les traite convenablement aura la Paradis » (hadith rapporté par Tirmidhi)

• Droit de choisir son mari

Cela fait partie d’une des conditions de validité du mariage.

Le Prophète a dis : « La femme ayant était déjà mariée, ne peut être mariée que sur son ordre, la fille vierge ne peut être mariée qu’avec son consentement »

(hadith rapporté par boukhari)

• Le droit à la dote

La femme choisit le montant de sa dote au moment du mariage, et le mari n’a aucun droit dessus (sauf si la femme lui donne de bon grè)

« Et donnez aux épouses leur mahr, de bonne grâce. Si de bon gré elles vous en abandonnent quelque chose, disposez-en alors à votre aise et de bon coeur. » (sourate 4 verset 4)

L’homme plus généralement n’a aucun droit ni sur l’argent ni sur les biens de la femmes.

• Le droit à l’héritage

La femme a droit à l’héritage, mais à une part deux fois moins importante que l’homme, simplement car la femme n’a aucune obligation financière en islam, tandis que c’est à l’homme que revient la responsabilité de subvenir aux besoins de toute sa famille.

« Voici ce que Dieu vous enjoint au sujet de vos enfants : au fils, une part équivalente à celle de deux filles. S'il n'y a que des filles, même plus de deux, à elles alors deux tiers de ce que le défunt laisse. Et s'il n'y en a qu'une, à elle alors la moitié. Quant aux père et mère du défunt, à chacun d'eux le sixième de ce qu'il laisse, s'il a un enfant. S'il n'a pas d'enfant et que ses père et mère héritent de lui, à sa mère alors le tiers. Mais s'il a des frères, à la mère alors le sixième, après exécution du testament qu'il aurait fait ou paiement d'une dette. De vos ascendants ou descendants, vous ne savez pas qui est plus près de vous en utilité. Ceci est un ordre obligatoire de la part de Dieu, car Dieu est, certes, Omniscient et Sage. » (sourate 4 verset 11)

Conclusion :

L’islam ne rabaisse pas la femme, bien au contraire, mais il y a une différence entre la pratique de certaines personnes qui ne suivent pas les obligations religieuses et ce que prescrit réellement la religion musulmane dans le Coran et par les paroles rapportée du Prophète.

Salam aleyk


Dernière édition par shourouk le Ven 7 Mai - 16:05, édité 4 fois
Revenir en haut Aller en bas
Salam
Je suis nouvelle al hamdoulillah
Je suis nouvelle al hamdoulillah


Date d'inscription : 16/03/2010

MessageSujet: Re: à envoyer a vos proches qui ont des préjugés sur la femme en islam   Ven 7 Mai - 12:41

Salam aleyk

barak Allahou fik ma soeur pour ce post, très intéressant !!
Revenir en haut Aller en bas
shourouk
Je me sent bien ici al hamdulilah
Je me sent bien ici al hamdulilah
avatar

Date d'inscription : 11/03/2010

MessageSujet: Re: à envoyer a vos proches qui ont des préjugés sur la femme en islam   Ven 7 Mai - 16:08

bismillahi

Salam aleyk

Wa fik barak Allahou ma soeur.

Qu'Allah Jalla Jalaluh récompense ce frère pour ses efforts de dawa Amine

Salam aleyk
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: à envoyer a vos proches qui ont des préjugés sur la femme en islam   

Revenir en haut Aller en bas
 
à envoyer a vos proches qui ont des préjugés sur la femme en islam
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Livres sur l'Islam Gratuit Envoi Postal
» La Chine envisage d'envoyer une sonde vers Mars en 2013
» Comment faire pour envoyer les messages de la boîte d'envoi
» PROPHETIES PROCHES: ARRIVEE DE "NUAGES SOMBRE" SUR
» Catholiques et Juifs toujours plus proches

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Fleurs du Firdaws :: Entre soeurs :: Le Coran, la sounnah, nos pieux prédécesseurs, les savants :: Rappels - Spiritualité - Sagesses-
Sauter vers: