Fleurs du Firdaws

Au Nom d'Allah le Très Miséricordieux, le Tout Miséricordieux As-Salamou 'Alaykoum wa rahmatoullahi wa barakatouhou Louange a Allah, le créateur de toutes choses, maitre de l'univers qui s'est installé Lui même sur le trône Louange a Allah
 
AccueilPortailCalendrierFAQS'enregistrerConnexion
Sujets similaires
halal en danger, hallal viande
Rechercher
 
 

Résultats par :
 
Rechercher Recherche avancée
Derniers sujets
Partenaires
Rue Du fric, jeu d'immobilier multijoueur
Top sites bismillah
Référencement des sites islamiques
meilleurs sites islamiques
<data:blog.pageTitle/>

Partagez | 
 

 L'éducation en islam

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Mahdiya
Super participante macha Allah!
Super participante macha Allah!
avatar

Date d'inscription : 11/03/2010

MessageSujet: L'éducation en islam   Lun 24 Jan - 17:34

bismillahi

Salam aleyk

Que la paix et les bénédictions soient sur le prophète Mohammad sws , sa familles, ses compagnons Radi Allah \'anhou Q et ceux qui le suivent Amine


Mes soeurs, j'ai pensé qu'il pourrait être utile pour certaines d'avoir des références basées sur l'islam concerant l'éducation des enfants, j'ai longtemps cherché cela sur internet sans y parvennir et c'est en lisant un articles très beau macha'Allah sur l'isalm et la notion de maternage dans le magazine grandir autrement, que j'ai trouvé le lien d'un site qui propose ses textes macha'Allah que je vais incha'Allah vous faire partager.


L'Éducation des enfants - Par Ishâq Gangate



L’essence de l’éducation islamique, c’est l’éducation morale.

Ainsi, par éducation islamique, on vise essentiellement le fait d’éduquer l’âme et de former le caractère. Chaque fois que l’on donne une directive ou une leçon à un enfant, il faut garder à l’esprit cette fin morale essentielle : la vertu. Par la vertu, l’enfant sera aimé de Dieu et apprécié de ses semblables.

En arabe, "j’ai éduqué quelqu’un" se dit "Rabbaitouhou" qui a comme sens premier de nourrir quelqu’un, de pourvoir à ses besoins de nourriture et d’eau jusqu’à ce que son corps se soit développé. Par extension, ce terme fut utilisé pour la nourriture de la raison, des sentiments et de l’âme, dans le but de parfaire et de perfectionner la personnalité. Sur le plan social, l’éducation est l’ensemble de principes moraux et de la production intellectuelle grâce auxquels naît une civilisation. C’est ainsi que l’Islam prône une éducation homogène de toutes les entités de l’homme : son corps, sa raison, son esprit, ses instincts et ses sentiments, en combinant harmonieusement les nécessités de la vie de l’Au-delà.

Un des noms de Dieu est "Ar-Rabb" , qui signifie " le Maître, celui qui éduque ". L’éducation fait donc partie des qualités divines : c’est par l’éducation que le serviteur de Dieu, l’être humain, peut s’élever, dépasser l’état animal et devenir le vrai successeur de Dieu sur cette terre, en assumant pleinement la responsabilité. C’est par l’éducation morale et intellectuelle que l’homme marquera sa différence vis-à-vis du monde animal. Le modèle d’une telle éducation, c’est le Prophète (sallallâhou alayhi wa sallam) à qui Allah a déclaré : " Tu es, certes d’un très noble caractère " (S. "La plume" ).

L’éducation se transmet de générations en générations. Les principes de l’Education islamique ne varient pas, car ils ont une base divine puisée dans le Qour'aane et dans le comportement du Prophète (sallallâhou alayhi wa sallam)

En ce qui concerne les moyens et méthodes d’éducation, ils peuvent évoluer et s’adapter à chaque époque.

Un problème que ne devrait pas connaître l’éducation islamique est ce que l’on nomme " le conflit des génération " : en effet, l’époque change, mais la vérité est unique et ne change pas, tout comme le Créateur duquel elle émane.

La vérité que doit transmettre en priorité l’éducation islamique, son thème principal, concerne le rapport de l’homme avec son Créateur, le rapport de l’homme avec l’homme et le rapport de l’homme avec l’univers dans lequel il vit et qu’il a la responsabilité de gérer.

L’éducation islamique commence par la compassion, par la bienveillance envers le petit, le faible, par le respect vis-à-vis du vieillard. Elle est concernée par la sauvegarde du corps et de l’âme de chacun, et interdit dès lors tout ce qui peut lui nuire : consommation d’alcool ou de drogues, adultère, injustices diverses, violations des droits, etc. Elle vise autant la formation de l’âme que l’acquisition du savoir, dans le but de former un être humain soumis à Dieu et à Ses lois, responsable de son devenir par la mise en application des directives divines.

Toute l’éducation doit suivre l’évolution de l’enfant et être adapté à son degré de maturation, suivant en cela le verset coranique où Dieu le Très Haut dit : " Allah ne charge nulle âme au-dessus de ses capacités ".

Avant l’âge de 7 ans, l’Islam ne recommande même pas d’enseigner les modalités de la prière rituelle à l’enfant, qui n’a pas encore atteint l’âge de raison. Mais l’Islam recommande essentiellement aux parents de jouer avec l’enfant. Jouer, c’est lui permettre de se développer en dehors des contraintes, et c’est surtout tisser avec l’enfant des liens d’affection très serrés, dans lesquels il se sent en sécurité, dans lesquels il se sent aimé inconditionnellement : on ne lui demande rien, on est prêt à tout faire avec lui parce qu’on l’aime.

Aimer les enfants. Voilà la première règle fondamentale et vitale de votre mission de parents responsables.

L’affection, l’attention, et la sollicitude sont des composants essentiels de toute relation. Sans cet apport d’amour, les enfants se dessèchent et meurent intérieurement - parfois même littéralement.

Mahmoud Ibné Rabi ((radhia Allâhou anhou)) raconte : "Je me souviens du Prophète (sallallâhou alayhi wa sallam) lorsque, prenant dans la bouche de l’eau d’un seau, il m’en aspergea le visage ! J’avais alors 5 ans". La bonté du Prophète (sallallâhou alayhi wa sallam) qui jouait avec lui lorsqu’il était un petit enfant, est resté à jamais gravé dans la mémoire de Mahmoud. Ceci prouve que l’affection des adultes est importante pour un enfant, et tient bien souvent à de petits gestes simples, à un instant de jeux complices, plutôt qu’à de longs et fastidieux discours !

Mais les parents doivent aussi comprendre que l’amour n’est pas incompatible avec une ferme discipline. Il existe un moment opportun pour discipliner les enfants. Il faut comprendre aussi que l’amour ne consiste pas à laisser l’enfant faire tout ce qu’il a envie de faire momentanément. Cela ce n’est pas de l’amour mais de la permissivité.

Il faut donc offrir toute son affection à l’enfant et être un modèle pour lui, c’est à dire un bon musulman pratiquant.

Donner le bon exemple. Voilà la 2ème règle fondamentale.L’exemple des parents est un facteur primordial de la bonne éducation des enfants. On ne saurait exiger des enfants qu’ils adoptent des normes que leurs parents refusent de pratiquer. Les enfants apprennent par l’exemple, plus que par la parole. Ce sont des imitateurs-nés. Ils suivront les exemples des parents plutôt que les paroles de ces derniers.

Le fait d’apprendre qu’il n’est pas le seul à être soumis aux règles, mais que ses parents et toute la communauté y sont eux-mêmes soumis, parce que ces règles viennent d’une autorité immuable et Très Sage, Allah, aidera l’enfant à s’y conformer.

De 7 ans à l’adolescence, s’étant la période d’éducation par excellence. " Ordonnez à vos enfants de faire la prière lorsqu’ils atteignent leur septième année, a dit le Prophète (sallallâhou alayhi wa sallam) et contraignez - les à la faire lorsqu’ils atteignent l’âge de 10 ans. Donnez leur aussi des lits séparés ". Sept ans, c’est donc l’âge où l’enfant commence à faire la prière, l’âge de raison.

Après l’adolescence, les enfants deviennent à leur tour des personnes pleinement responsables : c’est le temps de s’en faire des amis ... Et c’est le temps pour les parents, si Dieu le veut, de se réjouir des effets de leur bonne éducation ! Les parents doivent donc être d’autant plus vigilants durant le jeune âge de leurs enfants, à l ’éducation qu’ils leur donnent, que cette période passe toujours plus vite qu’on ne le croit ... La période durant laquelle l’enfant est doué de raison, et en même temps, aime imiter ses parents est relativement courte : c’est à ce moment qu’il faut fermement implanter dans le cœur de l’enfant l’amour de la pratique religieuse, et qu’il faut lui donner de bonnes habitudes comportementales.

En résumé, l’éducation islamique est très importante, il faut lui accorder beaucoup de soin. Elle doit donc être empreinte d’amour, adapté à l’enfant et équilibré pour le développer harmonieusement.

La troisième règle fondamentale : l’Instruction et l’enseignement islamique.

La connaissance est un pilier fondamental dans l’élaboration de la personnalité de l’individu responsable et réfléchi. Par la connaissance, l’homme acquiert les moyens de se connaître lui-même et de différencier le bien et le mal. C’est là le meilleur moyen pour gérer sa vie au mieux et pour participer à l’élaboration d’une société meilleure.

La plupart des enfants, surtout les plus jeunes, aiment qu’on leur lise des histoires intéressantes et passionnantes. Il existe actuellement des livres très intéressants dans lesquels sont racontés la vie des Prophètes A.S. , celle des Sahâbas (Compagnons du Prophète (sallallâhou alayhi wa sallam)) et les Traditions Prophétiques. Ils ont été préparés spécialement pour les enfants.

En lisant à haute voix, ne fut-ce que 10 minutes par jour ces textes sainement éducatifs, vous faites plus que transmettre des faits spécifiques. Vous stimulez le développement mental, intellectuel, linguistique et spirituel d’un jeune esprit. Mais toute cette formation prend du temps - beaucoup de temps. Efforcez-vous de consacrer, chaque jour, du temps à vos enfants. Parlez - leur, instruisez - les, apprenez à les connaître et faites en sorte qu’ils vous connaissent.

La quatrième règle fondamentale et vitale de votre mission de parents responsables : Disciplinez vos enfants.

L’approche correcte de l’éducation de l’enfant englobe à la fois l’amour et la discipline. L’une ne va pas sans l’autre. Malheureusement, trop de parents voient la discipline sous un jour négatif. Ils ont vu tant de mauvais traitements infligés à des enfants, qu’ils rejettent le principe même d’une juste discipline. Ils adoptent, au contraire, une attitude permissive destructrice à l’égard des attitudes et des actions de leurs enfants.

La discipline inclut non seulement une punition appropriée à l’écart de conduite mais aussi des récompenses pour l’enfant qui se conduit bien. Il est très important de récompenser la bonne conduite. L’approbation positive d’actions justes constitue un enseignement non moins efficace que la correction en cas de mauvais comportement. Louez donc vos enfants lorsqu’ils le méritent. Dites leur combien vous vous réjouissez de leur bonne conduite. Félicitez les de leur dévouement et de leurs égards. L’éloge fait des miracles.

La discipline peut prendre bien des formes. Quoiqu’il en soit, il ne faut jamais infliger de dommages corporels à un enfant. On peut par exemple suspendre certaines privilèges. La discipline ne doit être administrée qu’après que le parent ait expliqué à l’enfant pourquoi il est puni.

Je terminerai par une sélection de Hadiths(Traditions du Prophète Mouhammad (sallallâhou alayhi wa sallam)) relatifs à l’éducation des enfants.

Le Prophète (sallallâhou alayhi wa sallam) a dit en ce sens :

"Faites - en sorte que la première parole de vos enfants soit "Lâ ilâha ill Allah" (c'est à dire la profession de foi).

"C’est un droit de l’enfant sur son géniteur (père ou mère) de lui donner une bonne éducation et de bien choisir son prénom".

"En vérité, si l’un d’entre vous s’occupe d’éduquer son enfant, cela est meilleur pour lui que de faire chaque jour, l’aumône d’une demi-mesure aux pauvres".

"Un parent ne peut rien léguer de mieux à son enfant qu’une bonne éducation".

"Honorez vos enfants et soignez bien leur éducation".

"Soyez équitables envers vos enfants (Il le répéta en 3 fois)".

"Quiconque, parmi les musulmans, a eu deux filles et a été bienfaisant envers elles aussi longtemps qu’elles furent à ses côtés, elles le feront entrer à coup sûr au Paradis".


Abdoullah Ibné Hârice (radhia Allâhou anhou) raconte que le Prophète (sallallâhou alayhi wa sallam) faisait s’aligner Abdoullah, Obeïdoullah et Kassir, les fils d'Abbas (radhia Allâhou anhou)et leur disait :

" Celui qui arrivera à moi le premier, aura ceci et cela ! "

Ils accouraient vers lui et se jetaient sur son dos et sa poitrine, et lui , il les embrassait et les serrait contre lui. Le Prophète (sallallâhou alayhi wa sallam) a dit aussi :

"Celui qui appelle un petit enfant en lui promettant quelque chose, puis ne lui donne rien, commet là un mensonge".

"Apprenez à vos enfants à acquérir 3 vertus : l’amour de votre Prophète, l’amour de sa famille ainsi que la lecture du Qour'aane Charif, car ceux qui portent en eux le Qour'aane Charif seront à l’ombre du trône d’Allah, au jour où il n’y aura plus d’autre ombre que la Sienne".

Et enfin le dernier Hadith qui sera la conclusion de cette article : Abou Houreïra (radhia Allâhou anhou) rapporte que le Messager d’Allah (sallallâhou alayhi wa sallam) a dit :
"Lorsque le fils d’Adam meurt, ses œuvres cessent de lui rapporter des récompenses, excepté trois : une aumône permanente, une science utile qu’il a enseignée et un enfant pieux qui prie pour lui !"

Wa Allâhou A'lam !

Dieu est Plus Savant !


~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~


Dernière édition par Mahdiya le Lun 24 Jan - 20:47, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Mahdiya
Super participante macha Allah!
Super participante macha Allah!
avatar

Date d'inscription : 11/03/2010

MessageSujet: Re: L'éducation en islam   Lun 24 Jan - 20:45



Quelques erreurs commises dans l'éducation des enfants...






Il existe un certain nombre de fautes et d'erreurs que commettent souvent les parents dans l'éducation de leurs enfants, erreurs qui sont parfois minimisées mais dont les conséquences, malheureusement, peuvent être très graves. Je vous propose dans les lignes suivantes d'en voir quelques unes...



Manque de coordination et d'entente sur la façon d'éduquer l'enfant.

Une des erreurs courantes au sein de la famille, c'est le manque d'entente et de coordination sur la démarche à suivre quant à l'éducation des enfants. On se trouve ainsi souvent dans le genre de situation où la mère, par exemple, pour une raison quelconque interdit à l'enfant de faire quelque chose, et le père qui, lui, arrive et autorise à l'enfant à faire ce que sa mère lui avait interdit… Résultat ? L'enfant, avec sa compréhension limitée, ne sait plus du tout où il en est et ce qu'il peut réellement faire ou non.



Les parents donnent eux mêmes à leurs enfants le mauvais exemple.


Autre erreur: il arrive que les parents eux-mêmes enseignent à leur enfant de mauvaises choses, sans vraiment s'en rendre compte. Juste deux exemples:

Parfois, il arrive à un enfant de s'absenter de la Madressah ou de l'école sans raison, juste parce qu'il avait envie de jouer avec son petit cousin qui était de passage. Le lendemain, quand arrive l'heure de se présenter à nouveau à la Madressah ou à l'école, il va voir son père ou sa mère pour leur demander une excuse à donner à son professeur. A ce moment, les parents ne trouvent rien de mieux à faire que lui enseigner le mensonge: "Dis à ton professeur que tu avais du travail à faire pour maman à la maison !", alors que c'est complètement faux… Le père ou la mère, dans ce cas, aura eu le mérite d'avoir appris à son enfant à mentir, ce qu'il ou elle est supposée l'empêcher de faire… Le message que l'enfant déduira à partir de là sera le suivant: "Quand tu as des problèmes dans la vie, il y a toujours une façon de s'en sortir facilement: il te suffit de mentir…"


Autre exemple: les parents ne surveillent pas les propos qu'ils tiennent devant leur enfant; ils traitent ainsi, dans un excès de colère, Mr X ou Mme Y de tous les noms, ils tiennent des propos grossiers en présence de l'enfant… ensuite, ils sont les premiers à s'emporter et à s'indigner quand ils entendent leur enfant répéter ce genre d'injures. Il ne faut oublier que l'enfant à une très bonne mémoire. Il peut arriver qu'il répète en public des mots pas "très jolis à entendre" que l'on aura prononcé à la maison en sa présence…



Les parents se font l'avocat du mal.

Beaucoup de parents, lorsqu'une personne vient leur apprendre que leur enfant a fait quelque chose de mal, plutôt que de le remercier et d'essayer de remédier à ce que l'enfant a fait, prennent sa défense, en prétextant qu' "il est encore jeune", et qu'il faut donc le laisser profiter de sa jeunesse. Le problème, c'est que ce genre de raisonnement, ils ne le tiennent qu'au sujet des choses ayant trait à la pratique religieuse. Dans le domaine matériel, leur conception est complètement différente… En effet, pourquoi ne disent-ils pas la même chose lorsqu'ils constatent que leur fils a égratigné la voiture familiale toute neuve… ? Pourquoi donc ne réagissent-ils pas de la même façon lorsque leur fille a, par accident, brisé le beau vase qui trônait sur le meuble dans le salon… ?

Pourtant, le préjudice, dans ces deux exemples n'est en aucun cas comparable au risque encouru par l'enfant s'il s'éloigne du Droit Chemin. A vrai dire, la jeunesse représente justement le moment idéal pour agir. Comme le dit le dicton, "Mieux vaut prévenir que guérir". Le Qour'aane nous rappelle que c'était l'habitude des hypocrites ("Mounâfiqoûnes" ) que de se faire l'avocat du mal:


"Les hypocrites, hommes et femmes, appartiennent les uns aux autres. Ils commandent le blâmable, interdisent le convenable…"



Wa Allâhou A'lam !

Et Dieu est Plus Savant !

Avec l'accord de la modération : source : http://mamansmusulmanes.free.fr/education.htm ( d'autres textes se trouvent sur le site mais ce sont en fait des fatwas concernant l'éducations des enfants, provenant de site estimé fiable par la modération j'ai la permission de vous donner le lien afin que vous puissiez incha'Allah consulter ce beau site macha'Allah.

Qu'Allah vous en accorde le bien, vous préserve du mal qui pourrait s'y trouver et me pardonne si en vous dirigeant vers se site vous y trouvé une quelconque erreur amine ya Rebbi

Revenir en haut Aller en bas
 
L'éducation en islam
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Pour une modernisation de l'islam (3) Sujet-Phare
» L'éducation des enfants
» Les Chretiens Martyrs de l'Islam
» [2nde] Textes autour de l'éducation ?
» L'éducation selon saint Jean Bosco

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Fleurs du Firdaws :: Entre soeurs :: Femme, famille :: Les enfants-
Sauter vers: